Agni
avatar
Messages : 277
Inscrit.e le : 01/03/2018

Ishüen

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 6 Juil - 9:03
 
La fête du Lac


C’est une chose étrange pour lui de ne pas voir la journée passer sans que cela ne soit à cause de son travail. Il s’en rend compte après coup, mais force lui est d’admettre qu’il s’est amusé pendant cette fête. Rencontrer et parler à des têtes connues comme à de parfaits étrangers, goûter, danser et admirer toutes ces choses lointaines qui étalent leur bourdonnement de couleurs, de parfums et de mélodies aux quatre coins du lieu, faire découvrir les merveilles de sa propre contrée… Tout cela était dépaysant et fort agréable. Après sa rencontre avec Mila, la Gardienne d’Aap est venue lui rendre ses petites diablesses de filles aînées et Seylim en a profité pour lui présenter ses hommages et ses remerciements pour leur avoir sauvé la vie au début de la saison. Il est heureux d’avoir eu un peu de temps pour lui voir et lui parler, tant il sait que cette fête n’est pas qu’une simple distraction pour elle et porte de nombreux enjeux politiques dont il ne tarde bientôt pas à sentir le poids. Lorsque la lumière du jour cède le ciel à celle des flambeaux, la famille au grand complet s’empresse d’aller acheter des lanternes et de se joindre à la foule qui se masse sur les rives du lac. Dans un geste de bienveillance paternelle, Ishüen prend Imrani et Azhan dans ses bras pour les jucher sur ses épaules afin qu’elle puisse mieux voir. Il regrette de ne pouvoir faire de même pour ses autres filles, mais elles sont trop grandes à présent. Bientôt, le Souverain du Vide s’avance. En compagnie d’une jeune femme. Un murmure de stupeur parcourt toute la foule et le Seigneur des Chevaux se penche vers son épouse :

« Qui est-elle, ma dame ? La pupille dont vous m’avez parlée ? »


Vraisemblablement. Le Prince Marchand plisse imperceptiblement les yeux en voyant s’élever la lanterne solitaire, sans qu’aucun discours n’ait été prononcé. Pas que ce dernier lui manque spécialement, lui-même le trouvait passablement risible tant il est contradictoire de prêcher l’unité en massacrant son propre peuple. Mais il n’en demeure pas moins que c’est un message fort que Ren a choisi d’envoyer. Un message qui en ébranle certainement plus d’un, à commencer à ses pairs. Malgré tout, il ne fait pas de commentaires. Il réfléchira à tout ceci plus tard. Reposant ses enfants à terre, il les aide à allumer leurs lanternes en compagnie de sa femme pendant que les autres souverains lancent les leurs. Puis vient le tour du peuple. La surface de papier réchauffe ses paumes alors qu’il la tient dans ses mains, contemple quelques instant son éclat. Ses enfants sont émerveillés, et impatients, et un peu angoissés à l’idée de faire une bêtise. Ishüen sourit à sa fille aînée qui le regarde intensément, comme chaque fois qu’elle cherche son approbation.

« Lance-la. »


Par réflexe, Tylim s’exécute. Sa lanterne est la première à s’élever dans le ciel, suivie de près par toutes les autres. Et c’est bientôt un tapis de lumière qui part à l’assaut de la nuit, constellant les ténèbres d’une multitude d’éclats mouvants, dansants qui chatoient dans les yeux et les cœurs. Ishüen sent ses enfants lui saisir les mains, muets et souriants devant ce spectacle, et lui-même adresse un sourire à sa femme. Un sourire tendre et un triste, qui interroge l’avenir.
Codage par Libella sur Graphiorum
Agni
avatar
Messages : 42
Inscrit.e le : 09/05/2018

Seylim

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 11 Juil - 3:11

Déformation professionnelle ~

[event de la Fête du Lac]

[feat. Tout le monde ♥️]



"Une larme en dit plus que tu n'en pourrais dire ; une larme a son prix, c'est la sœur d'un sourire."
Alfred de Musset

=> 75ème jour de Liekki de l'année 1000 à Akasha.
Épuisée. Seylim venait de retrouver ses filles, lesquelles – surexitées – lui raconter leur journée. Elles lui parlèrent de la Gardienne d'Aap, de son amie, des bêtises faites et autres joyeusetés enfantines qu'elle se laissait jalouser en silence. Bien évidemment, fidèle à son rôle et à son éducation, la Dame aux Chevaux avait remercier la Gardienne de lui ramener ses filles, de s'être occupée d'elles et – cela paraissait évident – de leur avoir sauvé la vie. Les leurs et celle de son compagnon. Elle s'était laissé profité quelque peu des attractions en compagnie de son fils qui l'avait emmené visité divers stands. Elle avait goûté des plats anodins, vu de superbes danses et avait parfaitement contribué au bonheur de son fils... Tout en restant aussi ambassadrice que possible. Seylim avait salué et discuté assez longuement de contrat, de politique et autres sujets qui l'avait empêché d'être une simple mère de famille. Et, lorsqu'ils s'étaient dirigés vers les autres membres de leur famille, Seylim se sentait éreintée. Tout autant qu'une journée à Akasha en compagnie d'autres ambassadeurs. Ses deux aînées les dirigeaient vers les lanternes qu'ils achetèrent et, dans l'instant suivant, rejoignirent les rives du lac. Un coup d'oeil vers son époux et elle sourit faiblement de le voir porter leur deux plus petits. Et les murmures se levèrent lorsque le Souverain du Vide s'avança. Seylim eut une légère inclinaison, réflexe des heures passées à accueillir les grands de Seele. Il ne la verrait sûrement pas. Mais elle, elle se savait respectueuse. Sous le chuchotement de son compagnon, elle répondit faiblement.

(Seylim) ▬  Effectivement, c'est elle.

Elle observait la lanterne sans la voir. Pas de discours. Cela ressemblait assez à Ren... La Dame du désert eut une pensée sur le fait qu'elle appréciait l'humilité de la pupille. Elle aurait pû en profiter pour passer devant les Souverains, lancer sa lanterne bien avant toute autre personne après Ren... Le fait qu'elle s'en soit retenu était appréciable. Seylim n'aurait voulu en rien devoir se battre sur un nouveau propos avec son Sire. Il était déjà bien assez compliqué pour elle de prôner la paix et la diplomacie avec ce dernier... Alors une telle bourde aurait été fâcheux. Elle se laissa secouer la tête lentement. Elle n'était pas là pour y réfléchir. En fait... Si.

Son visage s'adoucit devant le regard insistant de Tylim, le calme de Shani, Imrani qui observait les alentours avec douceur, de leur frère, se tenant droit comme un prince, sur l'épaule de son père. Par Liekki qu'elle les aimait... Tous. Sans exception. Même lui, cet homme qui faisait chavirer demoiselles et bons hommes... Même lui, qui lui avait tant assombrit le passé et pourtant éclairer son avenir... Même Ishüen et ses manipulations, ses frasques et son comportement. Elle l'aimait.

(Ishüen) ▬   Lance-la.

Elle observa doucement sa fille élever la lanterne, son corps s'abaissant vers la cadette, lui offrant la sienne. Shani ne demandait pas et semblait juste attendre... La Dame aux Chevaux la savait très proche de son père, de part leur caractère à tous deux. Entre fierté et appréhension, elle la lui tendit, se rapprochant pour lui murmurer quelques mots tendres.

(Seylim) ▬  Essaie de faire un voeu. Un voeu qui se réalisera cette année.

Seylim s'amusa de voir sa fille fixer la lumière avec application. Elle se retenait de ricaner, les mains de l'enfant poussant la lanterne dans le ciel. Et elle lui prit la main, observant elle aussi le ciel se couvrir de fausses étoiles.

Je souhaite que la paix dure un an de plus.

Elle tourna son regard vers son époux, les deux plus jeunes ayant le regard rivé vers le haut. Son visage semblait n'exprimer que la douceur d'une femme envers son époux. Pourtant, sous le dernier sourire qu'il lui offrit, elle cligna du regard. Ses traits changèrent faiblement. Elle ferait ce qu'il faudra pour que l'avenir ne soit pas une question au sein de sa famille. Son visage se tourna vers son Sire, se durcissant sous les années d'ambassade, sous son manque d'empathie envers lui.

(Tylim) ▬  Mère t'a dit quoi?
(Shani) ▬  De faire un vœu pour cette année. Un vœu qui se réalisera!
(Tylim) ▬  Oh! Je savais pas qu'il fallait faire ça!! Et t'as souhaité quoi?
(Shani) ▬  Il se réalisera pas. Mais j'ai prié Liekki pour que Père et Mère soient plus souvent à la maison.

Seylim frissonna de l'entendre formuler son vœu. Plus souvent là? Tous les deux? N'était-ce pas trop demander?

#iwhae pour epicode
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum