Prithvi
avatar
Messages : 45
Inscrit.e le : 13/05/2018

Emrys

Prithvi
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 25 Mai - 23:21
Sur le trottoir




Faim. J’ai faim. Les odeurs de nourriture qui se répandent sur toute la surface de la fête me font ronger mon frein. J’ai faim, et je me demande tous les jours depuis que je l’ai entamé pourquoi j’ai décidé d’entreprendre ce voyage.

Les quelques économies que j’avais réussi à accumuler à Ambre ont fondu comme neige au soleil sur la route. Je ne m’étais pas rendu compte que la Cité était si reculée dans les montagnes lorsque je l’ai rejointe pour la première fois, dans une carriole, gamin perdu et loin de chez lui. Lorsque j’avais fini par arriver à Akasha il ne me restait que quelques pièces, et il m’était difficile de retrouver une source de revenu en étant en vadrouille. Heureusement, en me serrant la ceinture j’avais pu faire durer cet argent suffisamment de temps pour atteindre les berges du lac, au moment des préparatifs pour les festivités. Parfait. En le faisant exprès je n’aurais pas réussi à caler aussi bien ma date d’arrivée.

Ca m’a permis de parcourir un peu les allées avant qu’elles soient remplies de monde et que les commerces ouvrent. J’ai pu choisir un emplacement qui me paraissait stratégique, et attendre mon heure. Je me suis préparé en déambulant dans la ville. Avec ma dégaine de pouilleux, je m’attirais des regards dédaigneux à certains endroits, et fraternels à d’autres. J’appréciai un certain anonymat. Pas que tous les gardes d’Ambre me connaissent, loin de là et heureusement, mais j’ai eu pas mal d’altercations avec eux dans les quelques années que j’ai vécu libre. Il fait chaud, ici, et j’en ai profité pour nettoyer un peu mes vêtements qui avaient bien souffert du voyage. Je me mis à fureter de-ci, de-là, à la recherche de de linge sans surveillance. Je n’avais presque rien dans mon sac, mais il me fallait autre chose que ce que j’ai sur moi si je veux gagner ma croûte. Je trouve mon bonheur en l’objet d’une chemise de lin orange qui mettra parfaitement mes yeux verts en valeur, légèrement trop grande mais que j’arriverai à ajuster avec un peu d’imagination. Je cherche rapidement pour trouver un ou deux bijoux – j’ai été obligé de vendre une partie des miens déjà – mais je n’ai pas autant de chance.

C’est comme ça que je me suis retrouvé à danser dans un coin passant de la fête, non loin de musiciens dont je profite de la musique. Je n’aurais jamais pensé que ça marcherait aussi bien, mais apparemment les gens d’Akasha sont plutôt généreux. Ou alors les visiteurs du festival sont de suffisamment bonne humeur pour faire partager leur bonne fortune. Je danse un après-midi presque entier, malgré la faim qui commence à me tirailler. Je m’arrête avant de perdre l’équilibre et tomber : j’ai encore une dignité, et ça n’a jamais attiré la fortune. Tout au plus un peu de pitié, et j’ai vraiment pas besoin de ça en ce moment. Content que mon bandeau serve au moins à empêcher mes cheveux de coller à mon front en sueur, je m’assieds à côté du sac contenant ma récolte de pièces de la journée – un bon début, mais pas encore de quoi financer le voyage de retour jusqu’à Ambre. J’interpelle une jeune femme, blonde et solide.

Bonjour Mademoiselle ! Vous n’auriez pas une petite pièce dont vous pouvez vous passer ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Aap
avatar
Messages : 28
Inscrit.e le : 18/05/2018

Astrid

Aap
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 3 Juin - 21:37
Sur le trottoir
Tout le monde ^-^
Astrid fronçait les sourcils en marchant dans Akasha. La jeune femme avait profité pleinement de la fête entre danse, boisson et autres victuailles. Heureusement qu’elle avait mis un peu de côté et que sa « patronne » du moment lui avait donné un plus qu’accoutumé. Mais à présent, un problème se présentait à elle. Et ce problème se nommait Ian. Ian était un habitant de Saphir tout comme la blonde, qui vivait non loin du port. Au cours de l’un de ses nombreux petits boulots sur le port, Astrid fut menée à travailler avec ce fameux Ian. Or le bougre tomba fatalement amoureux d’elle, un amour si violent, qu’aussitôt le but même de la vie du jeune homme était de conquérir Astrid. Par maintes fois, sous divers et variés sous-entendu, Astrid avait essayé de lui expliquer que entre eux deux…ça ne marcherait jamais. Mais le jeune ignorait tout simplement les appels de phares d’Astrid. Il s’était mis à trouver un travail, une maison : bref il avait grandement amélioré son niveau de vie. Par conséquent, Astrid de guerre lasse, c’était convaincu que finalement, ce n’était pas si mal ainsi. Le problème était que cet Ian avait fait le déplacement jusqu’Akasha pour la fête. Et par l’un des fruits des plus acides du hasard, il avait trouvé Astrid.

- Astriiiiiid ! Toi ici ! Il faut absolument que nous puissions danser ensemble. Quand même que le monde est petit ! Si j’avais su que tu viendrais ici…

La blonde avait cessé d’écouter. Cet homme était un véritable moulin à parole. L’esprit de la jeune femme cherchait désespérément un point de fuite. La première excuse serait la bonne pour sortir de cet enfer ! C’est donc sans vraiment avoir réfléchi que la demoiselle lui dit :

- Oh Ian ! Quelle bonne surprise…Donne-moi cinq minutes, j’ai besoin d’aller aux toilettes.

Astrid quitta les lieux sans crier gare, s’échappant dans la première ruelle. C’était une excuse bateau, et Astrid se demandait si en l’an 1000 on pouvait encore croire pareils sornettes. Dans tous les cas, la jeune femme était bien contente d’avoir fuis Ian. La blonde aux cheveux cendrée marchait dans les rues en (re)découvrant l’architecture Akashienne. Les maisons se succédaient les unes après les autres dans une presque parfaite symétrie. La demoiselle se demandait comment la ville avait réagis fasse aux préparatifs de la fête. Après t-

- Bonjour Mademoiselle ! Vous n’auriez pas une petite pièce dont vous pouvez vous passer ?

Astrid leva un sourcil en se tournant vers le jeune homme. Il était vêtu très simplement, d’une chemise en lin orange et d’un pantalon usé. La jeune femme aurait très bien plus être à sa place il y a quelques années. C’est donc une nouvelle fois sans réfléchir qu’elle lui tendit la main.

- Je peux t’offrir un repas chaud dans l’une des auberges du coin. Quand dis-tu ?

Prithvi
avatar
Messages : 45
Inscrit.e le : 13/05/2018

Emrys

Prithvi
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 8 Juin - 16:34
Sur le trottoir




J’essaie toujours d’interpeller les personnes qui me paraissent susceptibles de répondre favorablement à ma demande, mais je ne suis pas toujours très bon juge, et il n’en reste pas moins que la plupart du temps on passe sans même m’accorder un regard. Celle-ci est perdue dans ses pensées, et l’espace d’un instant je me dis que je n’aurais pas dû la déranger. Elle a effectivement l’air perplexe lorsqu’elle relève la tête. Elle me détaille de haut en bas, et je dois avouer que je ne suis d’abord pas très confiant quant à mes chances d’augmenter mon pactole grâce à elle.

Je reste abasourdi une seconde lorsqu’elle formule sa proposition. Certes la journée a déjà été propice pour moi, mais je ne me serais jamais attendu à une telle générosité. Un repas complet – même si je reste frugale, je ne suis pas un sale petit profiteur – lui coûtera bien plus que la pièce qu’elle aurait pu se contenter de lancer dans mon sac. Je lui saisis la main sans hésiter pour la serrer, un grand sourire aux lèvres, et je me sers de cette légère impulsion pour me relever souplement. Il était temps d’ailleurs, car mes muscles commencent à refroidir et menacent de se courbaturer. Je m’incline avec un peu trop d’emphase pour paraître réellement sérieux, mais je n’en ressens pas moins une sincère gratitude. Je repasse également à un tutoiement qui m’est plus aisé.

Tu ne sais pas à quel point je t’en serais reconnaissant.

D’ailleurs mon ventre grogne à cet instant, comme pour appuyer mes paroles. Je m’apprête à la suivre sans faire plus de manières, mais un coup d’oeil dans une vitre face à moi me rappelle que je porte toujours la chemise colorée volée un peu plus tôt. Autant j’aime porter des vêtements voyants lorsque je danse – il est toujours bon d’attirer l’oeil lorsqu’on se donne en spectacle – autant je ne suis pas vraiment à l’aise à l’idée d’aller dans une auberge vêtu ainsi. Je m’arrête dans mon geste.

Attends une seconde, que j’ôte ça.

Je farfouille dans mon sac pour y dégoter mon éternelle tunique blanche. En tout cas elle l’est dans mes souvenirs, du moment où j’ai mis mes mains dessus pour la première fois. À présent, cette blancheur tient plus du souvenir lointain que de la réalité présente. Je me tourne légèrement pour me dérober en partie à son regard. Je ne suis pas pudique, loin de là, mais je tiens à dissimuler la cicatrice qui trahit mes origines. C’est un vieux réflexe de survie, qui n’est pas adressé à cette fille en particulier. Une fois changé, je remballe en deux gestes toutes mes affaires et balance mon sac sur mon épaule, prêt à la suivre.

Emrys, au fait. Et toi, c’est quoi ton nom ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Aap
avatar
Messages : 28
Inscrit.e le : 18/05/2018

Astrid

Aap
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 31 Juil - 1:31
Sur le trottoir
Emrys
Astrid regarda de ses yeux froids le jeune homme se relever. Juste par l’aisance par laquelle il s’était relevé, la demoiselle devina qu’il devait-être drôlement agile. Comme soudainement revitalisé, il s’inclina devant-elle, en la remerciant. Astrid fit simplement un « non » de la tête pour dire que ce n’était rien. Quand elle pouvait aider, elle le faisait, voilà tout. On pourrait y voir un profond humanisme, mais en réalité la jeune femme faisait cela sans réfléchir. Elle ne pensait pas « tient, ce jeune homme/cette jeune femme est en difficulté, je devrais l’aider ». La blonde le faisait sans se poser de question. La philosophie de la jeune femme ne se trouvait point ici. Au bout de seulement quelques pas, son nouveau compagnon s’arrêta pour se changer. Patiemment, Astrid l’attendit en regardant la foule. Tous ces gens qui dansaient dans les rues donnaient une ambiance euphorique assez agréable. Une fois qu’il fut de retour, les deux jeunes gens reprirent la route. La jeune femme avait en tête une petite auberge qui faisait des mets délicieux sans pour autant les vendre à prix d’or. C’est donc en sachant pertinemment où elle allait qu’Astrid poussa la porte de l’établissement.

Elle invita d’un signe de main au jeune homme de s’assoir puis elle fit de même, lui faisant face. Pour être à l’aise, Astrid posa son épée contre sa chaise et son long couteau sur la table. Elle ne pensait pas en avoir besoin ici. Et si tel était le cas…Malheur à celui qui la dérangera en plein repas ! « Emrys » C’était ainsi que le jeune homme s’était présenté à elle. Ce nom ne ressemblait en rien à ce qu’elle avait pu rencontrer. Pourtant la manière dont il résonnait était agréable.

- Astrid. Astrid Sørensen. Tu viens souvent en Akasha ?

Astrid doutait fortement que le jeune homme soit né dans ces terres. Bien entendu, elle respectait la vie privée d’Emrys et prendrai pour mot chacune de ses phrases. C’était loin d’être un interrogatoire. Elle opina ensuite du chef avant d’appeler un serveur. Ce dernier ne se fit pas attendre. Rapidement il déposa les cartes et les couverts pour les deux compagnons avant de disparaître aussi vite qu’il était venu. Toutes ces festivités avaient ouvert l’appétit de la blonde, son regard bleuté scintillant presque en regardant la carte. Ses origines lui hurlaient de prendre du poisson mais la jeune femme avait envie de viande. Saignante. Et à foison. Se pourrait-il que derrière ce masque de guerrière se cache une gourmande ?

Prithvi
avatar
Messages : 45
Inscrit.e le : 13/05/2018

Emrys

Prithvi
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 11 Aoû - 13:09
Sur le trottoir



Blonde, les yeux bleus, silencieuse, cette fille paraît aussi froide que les sommets enneigés que j’ai quittés quelques semaines plus tôt. Son apparence et son attitude jurent étrangement avec la bienveillance et la générosité de sa proposition. Elle se déplace d’un pas décidé sans se retourner, ce qui laisse peu de place pour échanger des banalités, et je ne sais pas ce que je préfère, finalement. Entre une conversation gênante et un silence pesant, mon coeur balance… Je secoue discrètement la tête pour me débarrasser de ces pensées : ce n’est pas aujourd’hui qu’on me prendra à être ingrat avec quelqu’un qui me propose si gentiment de la nourriture.

Je surveille tout le trajet qu’elle me fait faire, si court soit-il. Ce n’est pas un manque de reconnaissance envers elle, il s’agit plutôt de la même méfiance qui m’a permis de survivre pendant des années dans un environnement hostile. Certains qualifient ça de paranoïa, je le sais. Pour ma part j’appelle cela du pragmatisme. On ne survit pas longtemps en faisant confiance aveuglément à la première inconnue qui passe sous prétexte qu’elle nous offre à manger.

Je retiens un mouvement de recul lorsqu’elle se dirige sans hésiter vers une auberge, qui sans être luxueuse est propre et coquette, et en tout cas semble bien trop chère pour moi. Je sais bien qu’elle a parlé de m’offrir le repas, pas de me l’avancer, mais c’est un réflexe, je n’y peux rien ! Je n’aime pas vivre au-dessus de mes moyens, même si c’est aimablement proposé par une inconnue croisée dans la rue. Je la suis à l’intérieur en tentant de faire comme si de rien n’était.

Sans broncher je prends place sur le siège qu’elle me désigne, la laissant choisir nos places puisqu’elle semble plus habituée que moi à ce type d’établissement. Elle expose tout de suite l’ambiance en déposant une longue lame sur la table, presque entre nous. Ok, message reçu frangine, pas d’inquiétude, je n’avais pas d’intentions désagréable à ton encontre… Je préfère faire semblant d’ignorer son geste plutôt que de lui donner des raisons de retirer sa proposition et de me mettre à la porte : d’autant qu’elle semble avoir largement les moyens de le faire.

Astrid, c’est ainsi qu’elle se présente, avant d’entamer une conversation. Bon, au moins elle ne voudra peut-être pas passer un repas en silence, ce qui n’est pas plus mal. Je secoue la tête en signe de dénégation.

C’est la première fois, à vrai dire. J’ai entendu parler de la fête et ai voulu tenter ma chance. Tu étais déjà venue ?

Elle fait signe au serveur qui s’approche, mais au lieu de nous présenter les spécialités du cuisinier, il nous laisse en compagnie d’un petit carnet qui, je le devine, les résume. Je fais mine d’y jeter un oeil avant de le refermer et de le poser devant moi quelques secondes plus tard. En attendant le retour du serveur j’observe ma bienfaitrice. J’ignore si elle a toujours l’air aussi sérieux, mais son visage concentré sur le choix de la nourriture m’arrache un petit sourire. J’en viens à me demander si le couteau posé sur la table n’est pas plutôt un avertissement pour quiconque s’approcherait de son assiette !

Vous avez choisi messieurs dames ?

Je m’arrache à mon observation et fait disparaître mon sourire en un tour de main lorsqu’elle relève la tête : pas question qu’elle pense que je me moque ! J’attends qu’elle ait commandé pour demander la même chose. Une fois le jeune homme reparti, je pose à mon tour une question à Astrid :

Tu es d’ici, toi ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Aap
avatar
Messages : 28
Inscrit.e le : 18/05/2018

Astrid

Aap
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 18 Aoû - 20:05
Sur le trottoir
Emrys
Astrid se sentait bien dans ce cadre pittoresque. L’auberge avait quelque peu changée depuis le temps. La jeune femme se souvenait du temps où elle et sa mère venaient se restaurer ici après la Fête du Lac. Leur relation était bien meilleure à l’époque. Sa mère était encore son héroïne et elle sa fille pleine de promesses…L’auberge n’avait pas changé au moins. Le regard froid de la jeune femme balaya l’assemblée. Il y avait du monde. Mais pas suffisamment pour que ce soit dérangeant. Astrid regardait brièvement chaque personne, guettant en eux un semblant d’animosité. Puis elle sourit intérieurement. La petite Astrid ne se serait jamais souciée du danger que pouvait présenter les gens. La question d’Emrys la fit sortir de ses pensées.

- J’y vais depuis que je suis petite. Même si depuis quelques temps cette fête a été annulée pour des raisons…Politiques je suppose, j’ai toujours aimé cet événement.

Le serveur leur donna des cartes de menu. Toute la concentration de la jeune femme se retrouva donc focalisée sur le choix de sa nourriture. Alors ? Du canard ? Du lapin ? Une salade ? Astrid rit intérieurement. Une salade et puis quoi encore. Si jamais quelqu’un lui servait une salade dans un restaurant, elle prendrait ça pour une insulte personnelle ! C’est donc non sans hésitation que la blonde choisit une bonne pièce d’entrecôte. Emrys suivit son choix et le serveur disparu dans la foule.

- Mh ? Non je viens d’Aap. De Saphir précisément. Je travaille dans la manutention au port. Et parfois en tant que garde du corps ou des trucs du même genre…

Sentant que sa phrase pouvait sous-entendre une activité illégale pas très flatteuse, Astrid s’empressa d’ajouter :

- Enfin, rien d’illégal bien entendu ! Je vends mes services pas mon âme. Et toi ? Tu dois surement voyager souvent. D’où viens-tu ? La danse est ta passion…Ou une obligation ?

Astrid se sentait d’humeur un peu plus bavarde. Surement car de la nourriture l’attendait. Un homme un peu aviné vint à un moment les déranger en chantant et en louchant sur la blonde aux cheveux cendrée. Cette dernière le repoussa, sans la moindre violence, mais son regard réussit à lui faire comprendre que c’était un avertissement. La prochaine fois elle serait bien moins avenante. Son attention se reporta sur Emrys. Elle souhaitait simplement partager un bon moment avec quelqu’un qui comme elle, connaissait les rudesses de la vie sans être interrompu par tout et n’importe quoi. Mais la demoiselle n’était pas du tout en colère : un délicieux plat l’attendait. Et avec, un bon compagnon : comment ne pas être de bonne humeur ?
Prithvi
avatar
Messages : 45
Inscrit.e le : 13/05/2018

Emrys

Prithvi
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 3 Sep - 14:57
Sur le trottoir



Je hoche la tête à sa mention de ses visites régulières à la Fête. Je devine que ça veut dire qu’elle y allait autrefois avec ses parents, j’essaie d’imaginer ce que ça peut faire. Ma mère ne pouvait guère sortir de la maison, et encore moins participer à ce genre d’événement librement. Quant à moi, je n’en avais guère le droit, bien que j’ai pris le gauche plus d’une fois à la grande colère de notre exploiteur de l’époque, ce qui m’a valu un certain nombre de corrections plutôt bien senties. J’ai l’impression que nos premières expériences ont été fondamentalement différentes même si sa vie n’a pas l’air d’avoir toujours été rose par la suite. Je ne sais pas quoi ajouter à ça, je préfère donc me taire, surtout que je n’ai aucune idée des raisons politiques qu’elle évoque.

Elle vient d’Aap… J’ai passé suffisamment de temps à rêver en regardant en cachette les cartes du Maître pour savoir qu’il s’agit de la région en bord de mer. J’ai longtemps imaginé ce à quoi cela pouvait ressembler sans savoir si les images les plus folles qui peuplent mon esprit se rapprochent ou non de la réalité. Je me souviens d’une de mes rares sorties hors d’Ambre, un jour où le Maître avait décidé d’emmener son entourage dans une demeure au coeur des montagnes. Il y avait un lac, là-bas, la plus grande étendue d’eau qu’il m’ait été donnée de voir, jusqu’à arriver à Akasha. Je croyais à cette époque qu’on ne pouvait pas faire plus vaste et imaginait le port de Saphir à cette image. Le lac d’Akasha m’a déjà détrompé sur ce point, et j’en viens à me demander si ce n’est pas là aussi qu’une pâle comparaison avec l’océan. Elle mentionne le port avec une telle désinvolture, je m’étonne qu’on puisse s’habituer à ce spectacle que je ne peux qu’imaginer.

Prithvi, et avant ça Agni. Je je n’ai jamais eu l’occasion de voir la mer. Toi qui travailles dans un port tu dois savoir… C’est vraiment aussi grand qu’on le dit ?

Le serveur revient étonnamment rapidement avec nos deux assiettes. Astrid ne s’est pas trompée en venant dans cette auberge, même si je ne pense pas qu’elle l’ait choisie au hasard. L’entrecôte est énorme, accompagnée de légumes mijotés et de petites pommes de terre qui semblent avoir été rôties dans la cheminée. L’eau me vient à la bouche, aiguisant encore plus ma faim. C’est le repas le plus copieux que j’ai fait depuis des semaines, et je n’ai pas eu l’occasion de manger de viande fraîche et d’aussi bonne qualité depuis.... je n’ose même pas me rappeler quand. Je la salue de ma fourchette avant d’attaquer le plat avec appétit. Quelques bouchées plus tard, mon estomac un peu soulagé, je me rappelle qu’elle m’a posé une question à laquelle je n’ai pas répondu.

Danser… Les deux, j’imagine ? Une obligation au départ, une passion qui est venue ensuite. En tout cas c’est le seul moyen légal que j’ai pour gagner ma croûte. Mais ça ne marche pas si bien, comme tu as pu le constater.

Je suis interrompu par un gros lourd qui s’invite presque à notre table en lorgnant mon interlocutrice. Je suis à deux doigts de me lever pour lui dire poliment d’aller voir ailleurs si on y est, mais Astrid a la situation bien en main, et un regard à son expression et au couteau qui trône toujours sur la table suffit à dissuader l’ivrogne de passer son chemin. Efficace et sans bavure. Je suis impressionné par le calme de la jeune femme, qui reste plus occupée par son assiette que par l’homme. Une question reste, cependant.

Quel genre de travail te permet de venir ici ?
Codage par Libella sur Graphiorum

Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum