Souverain du Vide
avatar
Messages : 450
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 22 Juin - 11:24
[Event] À l'approche du crépuscule

La fête battait son plein. Le soleil commençait à décliner dans le ciel et l’atmosphère générale n’était plus la même. La solennité des débuts avait laissé place à une euphorie plus bruyante, moins pudique. La musique résonnait au-dessus de l’eau calme du lac et la boisson rendait les clameurs plus joyeuses, les danses plus endiablées. De sa vie, Ren n’avait jamais vu de telles célébrations. A dire vrai, c’était la première fois qu’il prenait part à une fête. Enfant, il avait été caché. Jeune adulte, il s’était caché. Toute sa vie avait été régie par la discrétion et la dissimulation. Le contraste en cet instant était troublant, perturbant.

Il avait laissé les Souverains et Gardiens, désireux de se soustraire à leur compagnie dès le protocole élémentaire respecté. Accompagné par sa soeur, ils avaient erré d’étals en étals, avaient conversé avec différents marchands et membres de la noblesse et avaient même rencontré des villageois venant des terres akashanes. Bien entendu, nombreux étaient ceux qui s’étaient écartés sur leur chemin et il avait senti Auriane tressaillir sous certains regards hostiles mais Ren n’en avait cure. Il avait sous ses yeux la preuve que, malgré tout ce dont Seele voulait l’accuser, il avait semé les graines du changement dans sa contrée. Et c’était tout ce qui lui importait. Akasha reprenait peu à peu vie.

Des instruments à corde se firent entendre non loin d’eux et le regard d’Auriane fut attiré par un groupe de musiciens venu tout droit de Vaata. Pressant le bras de son frère, elle attira son attention sur les danseurs qui prenaient place, sachant parfaitement ce qu’ils faisaient. Bientôt, la musique retentit ainsi que les exclamations de joie et les mains battirent la mesure, les robes tournoyant tandis qu’hommes et femmes se livraient à une rencontre des plus énergiques, leurs mouvement étant en accord parfait avec la musique.

“- Comment appelle-t-on cette danse ?
- Il faudra que tu demandes à Vilya… Je n’en ai pas la moindre idée.
- Il y a donc des choses que vous ne savez pas, Ô grand Seigneur. Cette fête est vraiment pleine de surprises.”


Amusée, Auriane continuait de regarder les danseurs qui bougeaient de plus en plus en vite, la cadence s’étant faite plus rapide. Ren crut même voir une lueur d’envie passer dans ses yeux gris et il soupira discrètement.

“- Tu devrais y aller.
-  Danser ? Je ne sais pas danser. Et je doute de pouvoir tenir plus de deux secondes. Regarde-les.
- Et alors ? Tu en as envie non ? Prends Eilean avec toi et allez danser. Même si tu es fatiguée après seulement deux minutes, ça n’a pas d’importance. Qui a dit que tu devais suivre le rythme et les danseurs ?”


Auriane posa enfin son regard sur son frère, surprise. Il était le premier à la ménager, à faire en sorte qu’elle ne fasse rien qui pourrait la fatiguer plus que nécessaire. Plus d’une fois, elle avait protesté et s’était énervée contre lui. Mais il semblait vraiment sérieux. Refusant de se faire prier, elle alla attraper la main de sa dame de compagnie qui discutait avec un noble aapien et l'entraîna vers la foule de danseurs. Les deux jeunes femmes riaient aux éclats tandis qu’elles se joignaient à la musique, tentant de suivre les mouvements rapides et de rester dans le rythme. Ren restait là, les regardant faire, un sourire aux lèvres. Oui, cette fête était vraiment pleine de surprises.
lumos maxima

_________________

Akasha
avatar
Messages : 204
Inscrit.e le : 22/03/2018

Samir

Akasha
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 8 Juil - 19:34
à l’approche du crépuscule
Le soleil commence à descendre sur l’horizon, inversement proportionnel à l’activité de la Fête, qui ne fait que croître depuis le début de l’après-midi. Il y a toujours plus de musique, toujours plus de danses, toujours plus d’activités dans les commerces. Bien loin de s’essouffler, les festivités prennent de l’ampleur d’heure en heure. Malgré cela, il devient également plus facile de circuler : beaucoup de gens peuplent les pistes de danse, et nombre de badauds se rassemblent pour les admirer, laissant les allées un peu plus aérées qu’en début d’après-midi.

Pour ma part, je me retrouve à errer seul. Il y a environ deux heures que Djibril a repéré son père au milieu de la foule et a couru vers lui, ravi de le retrouver après une longue séparation. Said est un commerçant lui aussi et il lui arrive de s’absenter plusieurs semaines d’affilée. Sa présence est un cadeau pour son fils, autant que pour sa femme. Après avoir salué chaleureusement mon beau-frère et avoir pris de ses nouvelles, j’ai laissé la petite famille à ses retrouvailles pour aller profiter des dernières heures de jour entre les allées de la Fête.

Les stands habituels du marché d’Ebène sont tous là, s’étant déplacé pour le grand jour. J’y retrouve Hilda, mon herboriste favorite, qui a délaissé pour l’occasion ses mélanges simples pour des produits plus festifs. J’en profite pour lui acheter plusieurs sachets de son meilleur thé : cela fera un cadeau apprécié par Aaisha. Je la retrouverai ce soir pour le lancer des lanternes, et ce sera un bon moment pour le lui offrir. Je ne peux m’empêcher de sourire en pensant à sa réaction. Elle me dira probablement que je devrais arrêter de la couvrir de présents lorsque je la vois, mais je n’en ai cure. Je sais que cela lui fait plaisir malgré ses protestations, et c’est tout ce qui compte à mes yeux.

Alors que je contourne un groupe de musiciens en provenance de Vaata, j’aperçois de dos le Souverain du Vide, debout et immobile, seul. Je regarde autour de lui à la recherche d’un entourage mais il semble être seul. Son attention est fixée sur un point devant lui et ne semble pas varier grandement. Je suis son regard et découvre sa soeur, mêlée aux danseurs qui virevoltent au rythme effréné de la musique. Elle qui est généralement si réservée, elle est radieuse en plein effort.
Mes précieux sachets de thé accrochés à la ceinture, je m’approche de Ren. Une fois arrivé à son côté, je m’accoude à la barrière qui délimite l’allée et, enhardi par son sourire et par l’ambiance détendue des célébrations, je lui adresse la parole délicatement pour ne pas le surprendre.

Dame Auriane a l’air en pleine forme, aujourd’hui. La danse lui va bien.
©️ 2981 12289 0
Souverain du Vide
avatar
Messages : 450
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 30 Juil - 21:08
[Event] À l'approche du crépuscule

Il lui semblait pouvoir entendre le rire de sa sœur de là où il se tenait. Un rire franc et cristallin, qui résonnait par-dessus la musique et la clameur. Peut-être était-ce son imagination. Mais de là où il se tenait, il pouvait apercevoir l’aura de joie qui entourait la jeune femme. Et cela suffisait à le rendre heureux. Il en parvenait presque à oublier la proximité des autres Souverains et de leurs Gardiens, cet inconfort et cette peur qu’il ressentait au plus profond de lui lorsqu’il se tenait en leur présence. Il en oubliait les bouleversements, les changements et le futur incertain qui les attendait tous. Il se tenait simplement là, debout, à regarder sa jeune sœur prendre du bon temps. Et pendant un instant il redevint simplement un homme dont le seul souci était l’épanouissement et le bonheur de sa cadette.

Puis, une présence à ses côtés vint doucement lui faire reprendre conscience du monde qui l’entourait. Baisser sa garde était une erreur. Mais il savait Fearghas présent bien qu’invisible pour le moment. Juste quelques secondes d’inattention. C’était tout ce que le Souverain avait voulu. Quelques secondes d’insouciance. Cependant, il n’eut pas à remettre son masque neutre et froid en entendant la voix qui s’adressa à lui. Il tourna la tête et croisa le regard de Samir qui se tenait à ses côtés, accoudé à la barrière. Ren lui sourit plus franchement et s’inclina légèrement.

« Ah Samir, votre présence me réjouit. Auriane a passé une bonne partie de la soirée à vous chercher, elle va être ravie de vous revoir. »

Et il l’était aussi. Depuis leur première rencontre voilà plus d’un an, lorsqu’ils s’étaient tous deux affrontés et jaugés et qu’en avait résulté une marque de confiance presque désespérée, Ren avait appris à apprécier l’homme et le soldat, la parole et l’action. Sans que cela n’ait été prémédité, Samir était devenu l’homme le plus dangereux pour Ren car il détenait deux secrets qui pourraient signer la fin de Seele et du Souverain. Il était l’un des rares au courant de la trahison d’Isil et le seul en dehors du cercle très fermé de Ren et d’Auriane à connaître le véritable lien entre le Souverain et sa pupille. Il détenait les armes pour détruire Ren. Mais plutôt que de vivre dans la peur de voir l’épée lui tomber dessus, il avait choisi de faire confiance au soldat. Une confiance qui, jusqu’ici, s’était révélée justifiée et méritée.

« Je vous ai aperçu plus tôt. J’aurais souhaité pouvoir venir vous saluer à ce moment mais mes… obligations m’obligeaient à rester là où je me tenais. J’espère que vous et les vôtres avez bien profité du début des festivités ? »
lumos maxima

_________________

Akasha
avatar
Messages : 204
Inscrit.e le : 22/03/2018

Samir

Akasha
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 4 Aoû - 18:15
à l’approche du crépusculeJe suis content de voir que Ren ne reprend pas son air distant qui donne l’impression que son visage est un masque façonné en porcelaine : dur et froid. Je sais à présent qu’il ne s’agit que d’une armure qu’il utilise pour se protéger des conséquences de sa position et je suis heureux de constater qu’il m’estime assez pour ne pas l’employer avec moi. Je lui rends son salut avec une révérence un peu plus profonde que la sienne mais je ne cache pas mon sourire.

“Le plaisir est partagé, croyez-moi.”

Je suis un peu étonné par ses propos. Je sais bien qu’Auriane est adorable de nature mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle me cherche au milieu de telles festivités. Je me demande honnêtement à quel point son frère n’est pas en train de romancer l’après-midi qu’ils viennent de passer ensemble. J’avoue que je n’envie pas le manège qu’ils doivent mener parce que Ren ne veut pas que leur lien de parenté soit connu de ses adversaires. Ce n’est évidemment pas ma place de questionner cette décision mais elle ne me paraît pas particulièrement stratégique. Tout vient à se savoir un jour et le scandale n’en est que plus grand lorsque le secret a tenu longtemps. Sans compter que leur affection l’un pour l’autre est évidente et suffirait largement à servir de cible pour quelqu’un souhaitant atteindre le souverain du Vide.

“N’y pensez pas, il est normal de recevoir vos invités de marque avant toute autre rencontre.”

Je jette un coup d’oeil autour de nous à la recherche de Djibril et de ses parents, mais ils ne sont nulle part en vue. Il doit être un peu plus loin, j’ai vu en passant au coin d’une allée qu’il y avait tout un espace rempli d’activités pour les enfants et je pense qu’il aura voulu aller profiter de son cheval de bois tout neuf. C’est en imaginant cela que je me tourne à nouveau vers Ren pour répondre à sa question.

“Je crois que mon neveu est en train de vivre le plus beau jour de sa vie jusqu’à maintenant ! Cette fête est une véritable réussite. Avez-vous eu vous-même le loisir d’en profiter un peu ?”

Je ne sais pas et ne saurais probablement jamais ce qui peut passer dans la tête d’un personnage aussi puissant et méfiant que mon Souverain. S’il ne s’était pas montré aussi détendu en observant sa soeur, j’aurais pensé qu’il avait passé l’après-midi à attendre un mauvais coup, qu’il soit du sort ou d’un de ses égaux.
©️ 2981 12289 0
Souverain du Vide
avatar
Messages : 450
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 16 Aoû - 11:37
[Event] À l'approche du crépuscule

Un fin sourire énigmatique étira les lèvres de Ren tandis que Samir excusait son incapacité à venir le saluer plus tôt. Des invités de marque, en effet le terme était approprié. De là à savoir si le Souverain leur portait autant d’intérêt et de respect qu’à d’autres personnalités moins connues, la question se posait. Mais il ne dit rien. Sa place n’était pas de remettre en question l’étiquette ni l’importance de ses pairs. Tous représentaient une facette indispensable au bon fonctionnement de ce royaume. Et peu à peu, Ren commençait à comprendre que les seules responsables de ce système n’étaient autres que les cinq gemmes. Les Souverains, eux, n’avaient rien demandé à personne en venant au monde marqués. Mais leurs choix et décisions leur appartenaient et cela, Ren les en tenaient entièrement responsables.

Mais le temps n’était plus à la colère et à la haine. Il les avait salués et les avait quittés. Il savait que sous peu il devrait retourner à leurs côtés pour le lancer de lanternes. Il savait qu’à nouveau, on l’observerait lui et le moindre de ses gestes, la moindre de ses paroles. Il aurait alors à nouveau tout le loisir de maudire les pierres et Aofa pour ce soi-disant équilibre. Mais pour le moment, il se trouvait en bonne compagnie et comptait bien en profiter. Il sourit à nouveau, plus franchement, devant le compliment de Samir sur les festivités.

« Je suis ravi que vous ne soyez pas de service pour cette fête et que vous ayez pu en profiter avec votre famille. Je ne sais rien des fêtes du temps de Seren, mais je mentirai si je disais que la différence entre celle-ci et celle de l’année dernière ne me fait pas chaud au cœur. Oui… vous avez raison. C’est une réussite. »

Cela se sentait et se voyait. Akasha reprenait peu à peu son souffle et retrouvait de sa superbe. Et Ren ne pouvait rester indifférent face à ce spectacle, face à ces sourires et ces mines réjouies. Rien n’était encore gagné et le chemin à parcourir était long, très long. Mais ces premiers pas, certes timides, étaient encourageants. Et Ren ne demandait rien de plus pour sa patrie. Pour le moment.

« Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu Auriane sourire ainsi. Très longtemps. Rien que cela est pour moi matière à célébrer. J’ai eu le plaisir de découvrir bien des choses à cette fête et d’en profiter autant que possible. Seulement… » Son regard se posa sur un domestique non loin qui, après un signe de la part du Souverain, s’approcha des deux hommes, portant un plateau sur lequel reposait deux coupes. « Je n’ai encore jamais eu le plaisir de goûter aux délices de Veren. M’accompagneriez-vous pour un toast Samir ? J’ai du respecter l’étiquette et boire en compagnie de personnes importantes. Mais je n’ai pas encore eu l’occasion de boire en compagnie d’une personne que j’apprécie. »
lumos maxima

_________________

Akasha
avatar
Messages : 204
Inscrit.e le : 22/03/2018

Samir

Akasha
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 29 Aoû - 19:17
à l’approche du crépusculeJ’hausse les épaules à la mention des fête de Seren. Certes, il y avait de la musique, quelques danseurs, des marchands en tout genre. On y trouvait aussi de la boisson, parfois à foison. Tous les éléments matériels étaient réunis pour permettre des célébrations de grande envergure. Mais il flottait dans l’air sur toutes les berges du lac une sorte de malaise dont on n’arrivait pas à se défaire. Il y avait peu de voyageurs des autres régions, et les Akashan semblaient attendre le moment où il serait acceptable de rentrer chez eux pour s’empresser de le faire. Rien à voir avec l’ambiance bon enfant qu’il règne aujourd’hui.

Croyez-moi, il valait peut-être mieux ne pas les connaître.

Il faut dire que je n’ai pas le souvenir d’avoir vu Seren se mêler à la population comme le fait Ren. Bien sûr, tout le monde ne l’a pas vu ce n’est pas ce fait précis qui rend cette fête différente des précédentes, mais je pense sincèrement que c’est un témoin important de l’esprit dans lequel elle a été organisée, et c’est cela qui se ressent dans les allées. Seren vivait contre son peuple et se servait de cette tradition pour asseoir sa domination. Ren utilise son pouvoir pour son pays et améliorer le lot de ses habitants. Il est difficile de ne pas s’en rendre compte, même si les privilèges de certains en ont pâti et les ont montés contre lui, même si beaucoup ont encore du mal à voir le but de ses actions, parfois musclées.

Mes yeux se focalisent à nouveau sur Auriane, que j’ai continué à regarder sans vraiment la voir. La jeune femme est à bout de souffle mais semble ravie, ses joues rougies par l’effort et le plaisir. Elle aussi a beaucoup changé depuis notre première rencontre, et pour le meilleur. Je me demande à quel point sa présence a pu agir sur Ren. Si elle peut le modérer, ça ne pourra faire que du bien à son image et donc à sa politique selon moi, même si je crains qu’il ne soit pas tout à fait du même avis. Notre différence de point de vue n’a pas disparu, mais ce n’est pas ma place de l’exprimer à nouveau. La danse s’apprête à redémarrer et Auriane semble bien décidée à participer à celle-ci aussi. Je suis à deux doigts de proposer à Ren d’aller les rejoindre, elle et sa dame de compagnie, mais il me prend de vitesse en me proposant une coupe de vin de Veren. J’incline la tête avec un sourire en l’acceptant.

Je suis enchanté de pouvoir vous rendre la pareille,” dis-je en levant mon verre. “A tous les éléments d’une fête réussie, puisse-t-on les rencontrer souvent !"
©️ 2981 12289 0
Souverain du Vide
avatar
Messages : 450
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 18 Sep - 15:36
[Event] À l'approche du crépuscule

Un rire franc s’échappa d’entre ses lèvres et il trinqua de bonne grâce avec le soldat. Oui, puissent les éléments leur être favorables dans un futur proche. Ils en auraient tous besoin. Portant la coupe à ses lèvres, il apprécia la liqueur au goût légèrement pétillant et fruité, le gardant en bouche autant qu’il lui était permis. Seren avait beau être l’incarnation même de tout ce qu’il exécrait, Ren ne pouvait décemment pas ignorer les goûts raffinés de son prédécesseur. Qu’il s’agisse d’art ou de vin, Akasha avait connu un essor certain du temps des Astres. Il était simplement malheureux que le reste de la Contrée ait du souffrir afin que les denrées précieuses de la Capitale se développent. Un instant, ses pensées se dirigèrent vers l’imposante bibliothèque et les recueils interdits qu’elle cachait en son sein. Le travail avançait, long, fastidieux et horriblement douloureux. Mais bientôt, les actes des Astres seraient révélés au grand jour. Il ne s’agissait plus que d’une question de temps. Un par un, les voiles seraient levés.

Mais pour le moment, le Vide avait prouvé sa volonté de ne pas être simplement associé au néant, mais bien au renouveau. Les éclats de rires fusaient autour d’eux, les victuailles menaçaient de briser les tables qui peu à peu s’écroulaient sous leur poids. La boisson coulait à flot et la musique résonnait dans le lointain crépuscule, portant jusqu’à la sombre forêt vaatane et aux pics enneigés prithviens. Pour la première fois depuis bien longtemps, Ren se sentait en paix. A simplement regarder sa sœur sourire et danser, à se délecter d’un nectar onctueux et riche, à écouter les célébrations autour de lui, il en oubliait tout le reste. Mais jamais il ne se serait réellement laissé aller. Gardant les pieds sur terre, il jeta un regard en coin à Samir et un nouveau sourire vint étirer le coin de ses lèvres, malicieux tandis que son regard pétillait étrangement.

« Samir… Vous souvenez-vous de notre première rencontre ? »

Une simple question rhétorique car qui aurait pu oublier un tel échange. Ren n’était au pouvoir que depuis peu, le sang de Seren et Isil entachant toujours ses mains tandis que Samir, soldat anciennement sous les ordres du Gardien, avait trahi son Souverain afin de mettre un étranger sur le trône. Tous deux s’étaient jaugés, jugés, et Samir avait su lui tenir tête. Il avait su où placer sa loyauté. Non pas en lui, le Souverain, mais en la Contrée qui l’avait vu naître. Et si leurs avis avaient divergé et continueraient de le faire sans l’ombre d’un doute, Samir et Ren, peu à peu, s’étaient accordés une confiance mutuelle. D’aucun auraient pu penser Ren fou de faire ainsi confiance à un homme qui avait trahi son Souverain, connaissait la vérité sur le rôle d’Isil et connaissait également le véritable lien qui unissait le Souverain à sa pupille. Mais Ren n’en avait que faire. Les actes valaient bien mieux que les paroles et selon lui, Samir était à ce jour une des rares personnes réellement dignes de confiance qu’il connaissait.

« Je vous avais demandé de faire preuve de franchise à mon égard. Et de tous ceux à qui j’avais soumis cette requête, vous êtes le seul à l’avoir réellement respectée. Vous le saviez déjà à l’époque, je l’ai appris au fur et à mesure, Akasha ne peut être gouvernée seule. Je ne peux la gouverner seule. Pas si je souhaite lui rendre sa splendeur d’antan. Il est temps pour moi d’être plus conciliant et de m’entourer de personnes aptes à la tâche. De personnes capables de m’apporter conseils et lumière quand j’en ai besoin. Et capables de me dire lorsque je me trompe. Auriane siège déjà à mes côtés, de façon toute officieuse. Mais cela ne suffit pas. Ce n’est pas son rôle et je ne souhaite pas faire peser toutes ces responsabilités sur ses épaules.»

Il s’était entièrement retourné vers le soldat et le fixait de ses yeux couleur de nuit, comme s’il tentait de déchiffrer son âme.

« Qu’en pensez-vous ? »
lumos maxima

_________________

Akasha
avatar
Messages : 204
Inscrit.e le : 22/03/2018

Samir

Akasha
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 25 Sep - 19:48
à l’approche du crépusculeJe porte ma coupe à mes lèvres et acquiesce avec satisfaction. Je ne suis pas un expert en vin, mais nul ne pourrait nier la qualité de celui-ci. Si l'entièreté des stocks de Seren est comparable à ce cru, Ren a de beaux jours devant lui à les déguster. Fruité, parfumé et légèrement pétillant, c'est un délice pour les sens. Un délice probablement traître car je soupçonne le goût sucré de masquer une liqueur forte en alcool. À consommer prudemment donc, surtout en présence de mon Souverain.

D'ailleurs je le sens détendu à côté de moi, occupés que nous sommes à déguster la liqueur en silence, tout en observant Auriane de loin. La jeune femme tourbillonne, ravie, me donnant le tournis rien qu’à la regarder, mais j'ai presque l'impression que ses éclats de rire sont audibles de là où nous sommes.
J'entends de loin Ren me poser une question sur notre première rencontre. Je l'entends comme de loin mais ma réponse me paraît déjà évidente. Comme si je pouvais oublier une telle entrevue, durant laquelle ma vie était littéralement suspendue à son bon vouloir et à sa tolérance. Je ne prends pas la peine de lui répondre, car je sais qu'il ne l'attend pas. Ce n'est que l'introduction à son propos. Je m'arrache à la contemplation des danseuses pour me tourner vers lui.

Je l'écoute monter son argumentaire, attendant de comprendre où il veut en venir. Effectivement je pensais à l'époque qu'il ne pourrait tenir le pays seul, et j'en suis encore persuadé. Ce n'est pas contre lui, bien évidemment, ni même spécifique à Akasha. Il ne me semble simplement pas possible de gouverner sans pouvoir s'appuyer sur des personnes de confiance. Je ne m’attendais cependant pas à l'entendre dire cela, surtout maintenant qu’Auriane est à ses côtés. Je sirote une petite gorgée de ce délicieux vin, sans vraiment saisir le but de sa déclaration. Je reste silencieux une seconde avant de prendre la parole.

Je ne peux qu'être d'accord avec vous, Sire. Ce que je pensais à l'époque est toujours d'actualité. Vous avez fait un travail incroyable depuis votre arrivée au pouvoir, avec des résultats que j'aurais eu du mal à imaginer lors de cette première entrevue. Vous avez réussi à remettre Akasha sur pied malgré les réticences de beaucoup, et je pense qu'à présent une majeure partie de la population est prête à croire en vous. Je m'excuse de le dire aussi crûment mais je n'aurais pas pensé cela possible dès le départ, surtout en si peu de temps. Je vous avoue que j'ai du mal à saisir le sujet de votre question mais je suis content de voir que vous aussi avez appris à faire confiance, et que vous ayez trouvé des personnes qui en sont dignes.
©️ 2981 12289 0
Souverain du Vide
avatar
Messages : 450
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 2 Nov - 10:51
[Event] À l'approche du crépuscule

Un sourire satisfait étira les lèvres du Souverain, qu’il dissimula en goûtant une nouvelle gorgée du vin très raffiné de l’homme qu’il avait exécuté. La réponse de Samir était tout ce qu’il avait souhaité entendre en lui faisant part de ses projets. Le jeune homme ne semblait cependant pas comprendre où Ren avait désiré en venir en abordant un tel sujet avec lui. Là où la réponse était évidente pour le Souverain, elle ne semblait pas l’être pour le soldat.

« Ne vous excusez jamais de me parler aussi… crûment Samir. Car c’est bien ce que j’apprécie le plus chez vous. J’étais le premier à être persuadé que j’échouerai. Qu’il n’y avait rien à sauver. Mais j’avais fait une promesse… et voilà où cette promesse nous a menés aujourd’hui. »

D’un simple geste de la main, il engloba la totalité de la foule, du lac, de la colline d’où s’élevaient la capitale et le palais, flamboyant sous la lumière du crépuscule. Il englobait par son geste les terres, les villages, les bois, les rivières. Les frontières. Les greniers qui se remplissaient. Les cultures qui reprenaient. Les élevages qui s’intensifiaient. Les chemins qui étaient fréquentés à nouveau. Il englobait tout ce qui restait à faire. Convaincre la population qui avait fui de revenir s’installer sur les terres akashanes. Continuer de planter là où tout avait été arraché. Faire taire les craintes et les méfiances. Protéger la contrée des menaces. Intérieures et extérieures. Aider Akasha à se relever, une bonne fois pour toutes.

« J’ai fait peser sur vos épaules beaucoup de responsabilités depuis mon arrivée à Akasha. Je vous ai demandé de garder beaucoup de secrets. En plus d’un an vous plus que tout autre auriez pu me porter un coup fatal. Vous ne l’avez pas fait. Chaque jour vous vous êtes révélé plus digne de confiance que la veille. »

Son regard était revenu se poser sur le soldat dont il guettait l’expression. Il attendait le moment où Samir comprendrait ce qu’il lui demandait ou plutôt proposait en cet instant. Pour être sûr qu’il n’y ait aucun malentendu, il abattit ses dernières cartes, jouant franc-jeu, mettant des mots clairs sur ses intentions.

« J’ai trouvé une personne digne de confiance. Vous. C’est vous que je veux à mes côtés pour m’aider. Akasha a besoin de gens comme vous Samir et moi aussi. »
lumos maxima


HRP:
Désolé pour l'attente

_________________

Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum