Souverain du Vide
avatar
Messages : 360
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 3 Mar - 18:46
La Fête de Rubis

La fête de Rubis. L’achèvement d’une année et le commencement d’une nouvelle. L’occasion pour tous de revenir sur l’année passée, de se remémorer ses actes et de décider quel chemin emprunter. Une fois ce choix fait, plus besoin de revenir en arrière. Car le passé appartenait au passé. Le présent et l’avenir. Voilà ce qu’on célébrait en cette fête si particulière.
La capitale scintillait de mille feux, le soleil, haut dans le ciel, prenant ainsi place en maître incontesté des cieux. Car ici, dans la contrée d’Agni, la lune n’était pas son égal et ne se montrait que très peu, notamment durant la période de Liekki. Aussi, il n’y avait eu que quelques heures d’obscurité et on pourrait penser la journée bien avancée alors que la matinée commençait tout juste. La ville était encore dans cet état oscillant entre la torpeur et l’excitation des évènements à venir. Une certaine quiétude qui serait bientôt troublée par des chants, des danses, de la musique et encore bon nombre de festivités.
Chaque contrée était représentée. La Fête de Rubis était pour tous l’occasion de se rencontrer, de se lier et s’ouvrir au reste du Royaume. Il n’y avait plus de frontières, plus de contrées, seulement un seul et même Royaume. Cinq éléments tous unis sous le même ciel.

Et pourtant… le représentant du cinquième élément se tenait à l’ombre d’une maison, profitant de la fraicheur qui ne durerait pas sitôt les heures pleines du jour apparaissant. Il était arrivé il y avait quelques heures et en avait profité pour se promener, sachant très bien que le moment des festivités arrivant, il ne pourrait plus jouir de l’anonymat dont il se délectait en cet instant. Depuis plus d’un an, Ren apprenait à apprécier les rares moments où personne ne connaissait son nom et où il pouvait traverser une foule sans que personne ne s’écarte sur son passage. Son visage était à présent connu, mais pas de tous. Pas encore. Pas ici du moins, car c’était la première fois qu’il venait dans la capitale de Rubis depuis son sacrement. Car il n’était pas venu à la précédente Fête de Rubis. D’un commun accord avec les autres dirigeants – pour le plus grand bonheur de certains d’entre eux – il avait été décidé que la Fête arrivait trop récemment après son coup d’état pour que le nouveau Souverain ne se montre. Ren en avait fait lui-même la proposition. Accepter de se retirer sur les Terres d’Akasha et de manquer à la tradition sacrée qu’était la présence du Souverain des Astres aux différentes Fêtes des Gemmes. Des Astres oui… Mais les Astres avaient disparu. Aussi, tous avaient donné leur accord et appuyé sa proposition, pensant que le peuple méritait des festivités après l’éclat d’Akasha sans que celui qui en était responsable ne vienne entacher les célébrations.

Mais cette année était différente. Ren était Souverain depuis plus d’un an à présent et tous avaient eu le temps de se faire à l’idée que le changement avait opéré. Alors il était venu. Bien plus tôt que les autres Souverains. Car sitôt qu’il serait à leurs côtés tous sauraient qui il était et l’anonymat ne serait plus qu’un lointain souvenir.
On aurait pu penser le jeune Souverain inconscient pour ainsi se promener seul dans les rues d’une Capitale étrangère et sur des Terres qui étaient réputées pour lui être hostile. Mais il aurait été étonnant au contraire de voir Ren accompagné de gardes ou de servants.
Vêtu humblement, une simple tunique crème sur un pantalon de lin fin, une ceinture de cuir brun autour de sa taille et des bottes de bonne faction mais guère coûteuses. Ainsi se présentait le Souverain du Vide.

En voyant l’animation commencer à prendre vie dans les rues alentours, Ren décida de quitter son abri et s’aventura plus profondément dans les rues de la Cité, se souvenant du temps où il était venu apprendre à manier l’épée, à l’époque où son nom n’évoquait pas encore la peur ou le dégoût pour la moitié du Royaume. Une époque révolue à présent. Mais aucune pensée négative n’aurait pu briser la quiétude de l’instant. Aucun regret, aucun remord. Seulement le silence et l’écho de ses pas contre les murs rouges du désert.
lumos maxima
avatar

Invité

Invité
le Sam 3 Mar - 22:57
 
La fête de Rubis

-  Fête ! Fête !

Le neveu d'Ysin bien accroché sur les épaules de celui-ci était heureux de sa première fête de Rubis, étant trop jeune l'année dernière, la petite famille avait décidé d'y aller ensemble pour cette nouvelle année. Le petit n'avait pas dormi de la nuit à cause de l'excitation, en deux ans. Pour Ysin cette fête était la meilleure des quatre, la musique, l'ambiance, la nourriture, tout était bon. Il se tourna vers Elyn sa grande soeur, qui malgré la douleur de la perte de son mari semblait rayonnante aujourd'hui. C'était probablement l'atmosphère de cette journée particulière qui lui remplissait le coeur et l'esprit de joie.

C'est en passant les portes de la capitale que l'ambiance touchait directement le coeur d'Ysin avec une montée d'euphorie et d'adrénaline, les rues étaient pleines d'individus souriants qui procuraient la joie de vivre à quiconque croisait leur chemin. Même si la fête battait son plein, Ysin portait la marque de l'armée d'Igni et portait son armure légère avec une étoffe rouge, son épée dissimulée sous sa cape. Il soupira légèrement en repensant aux paroles de son chef d'escouade :  "Vous allez peut-être devoir faire régner l'ordre soldats ! ". Ce chef insupportait la plupart du temps et songeait parfois  à devenir mercenaire mais la paye régulière et l'inquiétude de sa sœur lui convainquaient d'oublier cette idée.

Il était encore tôt et les souverains des autres contrées n'étaient pas encore arrivés, avec un peu de chance il allait croiser la belle Méira, la plus belle gardienne selon lui. Oui il avait fortement envie de la voir et avait un plain infaillible pour obtenir ce qu'il voulait : sourire et rester soi-même. Un combo gagnant selon lui. C'est le sourire aux lèvres qu'il avançait dans les rues teintées de rouge, les effluves sucrés et la musique rythmée. Elyn avait croisé une ancienne danseuse qu'elle connaissait de longue date et avait entamé une conversation, Erhn quant à lui s'impatientait, Ysin le comprenait, les femmes et les conversations ça pouvait durer une éternité même si lui aimait ça dans un sens. C'est alors que sa soeur fit sortir les bruns de ses pensées les plus profonds :

- Ysin... Tu peux t'occuper d'Erhn un moment ?

Elyn avait pris les devants en voyant son fils bouger dans tous les sens en faisant mine de taper du pied et en soupirant exagérément sous le sourire amusé de son amie. Ysin hocha la tête en souriant en faisant signe à son neveu de le suivre, le petit marchait vite et touchait à tout, il ne fallait pas avoir une minute d'inattention. Il achetait quelques friandises pour le regard pétillant du petit. C'est alors que quelques minutes plus tard le même regard s'affichait sur le visage d'Ysin. Un groupe de fille avait attiré son attention et c'est avec ardeur qu'il s'avança vers les belles blondes le sourire aux lèvres.

- Regarde ton oncle Erhn, je vais te montrer ce que dois faire un homme

C'est alors que sa parade s'entamait avec de belles paroles accompagnées d'un baisemain

- S'il fallait participer à cette fête pour vous rencontrer, j'aurai aimé qu'elle se passe beaucoup plus tôt.


Il releva la tête avec son visage angélique qui bien entendu avait son petit effet. Après quelques paroles échangées, une prise de conscience le faisait retourner, son neveu n'était plus dans les parages et de plus en plus de personnes étaient présents à la fête. Après avoir demandé autour de lui, la description d'Erhn avait été faite par un homme assez âgé qui pointa du doigt une direction. Il avait disparu dans les dédales des ruelles beaucoup plus calme.

- Ma soeur va me tuer...
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Souverain du Vide
avatar
Messages : 360
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 3 Mar - 23:40
La Fête de Rubis

Perdu dans ses pensées, mains croisées derrière son dos, le regard dans le vague, Ren avançait, silencieux et invisible, passant d’ombres en ombres, fuyant la chaleur et le bruit. Il savait que son temps était compté. Dans quelques heures à peine, les festivités battraient leur plein et il serait appelé auprès des autres Souverains afin qu’ensemble ils assistent à la cérémonie de la nouvelle année. Et y assister aux côtés d’Endor avait de quoi emplir le Souverain d’amertume. Les Terres d’Agni étaient en conflit avec Akasha et Endor et Ren se haïssaient mais l’hypocrisie régnant dans le Royaume les amenait à se tenir côte à côte devant le peuple.

Ren détestait le système tout entier, n’ayant aucun respect pour les traditions qui forçaient les dirigeants à maintenir une illusion de paix alors qu’intérieurement ils suintaient la rage et la haine. Toute cette croyance sur laquelle s’était basée le Royaume, que les dirigeants étaient les élus du peuple, n’était qu’une grotesque mascarade. Des élus ? Des condamnés plutôt. Mais personne ne le savait bien entendu. Les précédents Souverains s’étaient chargés de faire taire ceux qui auraient été tentés de dévoilés la vérité.

Soupirant, chassant toutes ces sombres pensées de son esprit, Ren réalisa alors qu’il n’était plus seul dans sa petite rue tranquille. Se retournant légèrement, il se retrouva nez à nez avec un enfant, bien trop jeune pour être laissé sans surveillance. Fronçant les sourcils, Ren regarda autour de lui, persuadé que les parents ne pouvaient être loin. Mais il semblait n’y avoir qu’eux deux. Alors, il reporta son attention sur l’enfant, baissa le regard pour croiser celui, innocent et pure, du petit garçon. Pendant un bref instant, Ren se demanda si lui-même avait un jour eu cette même expression candide, loin de se douter que le danger était à sa porte.

« Serais-tu perdu ? »

Une seule petite question, prononcée d’une voix douce et tranquille, tandis que Ren continuait d’observer l’enfant, les mains toujours derrière son dos, attendant de voir si les parents irresponsables allaient apparaître.

lumos maxima
avatar

Invité

Invité
le Dim 4 Mar - 9:20
 
La fête de Rubis

Les ruelles semblaient interminables, il était vrai que si la personne ne connaissait pas un minimum la cité de Rubis elle se perdait facilement, Erhn avait probablement tourné dans les rues totalement au hasard et pouvait tomber sur des individus louches. Bien entendu il tombait de temps en temps sur des femmes bien en chair qui avait l’air de lui faire de l’œil mais il secoua sa tête frénétiquement pour reprendre ses esprits. L’objectif n’était pas de trouver une compagne d’un soir mais bien son neveu qui devait être mort de peur même si cela le démangeait. Selon sa sœur, son attitude enjôleuse, il la tenait de son père même s’il n’appréciait guère d'avoir quelque chose qu’il tenait de lui. C’est un peu loin qu’il aperçut deux silhouettes, une plus petite que l’autre, en se penchant légèrement sur le côté il put en déduire que c’était bien son neveu, les petites bouclettes brunes l’avaient bien confirmés.

Le problème c’est qu’il y avait un homme avec lui, espérant que ce n’était pas un marchand d’hommes il s’approcha pour révéler sa présence, une main sur son arme contondante. Il ne le connaissait pas mais il avait des yeux magnétiques, les cheveux tombaient sur ses épaules, Ysin ne pensait pas que cela pouvait être un trouble-fête mais il restait sur ses gardes. De plus ses vêtements étaient simples, et son expression laissait penser qu’il n’allait pas faire du mal au petit. Lorsque son neveu l’aperçut, il se précipita vers lui, Ysin s’accroupit à son niveau, posant sa main sur sa tête et ébouriffant légèrement ses cheveux bruns. Le combattant soupira ... C’était un long soupir de soulagement, il se tourna vers son neveu qu'il regarda en fronçant les sourcils.

- Erhn, je t’ai déjà dit de ne pas t’éloigner de moi. Tiens prends donc ce que ta mère avait préparé
- Ysin ! Ysin !
- Oui oui…


Sa sœur avait préparé les brioches fourrées aux fruits préférées d’Erhn juste avant de partir, le guerrier remercia intérieurement Elyn, ça allait être plus facile pour lui de le garder à l’œil. Son neveu était aux anges en s’enfilant les petites pates sucrées.  De plus Ysin voulait faire croire que c’était le petit qui était en partie responsable alors que c’était tout le contraire. Il porta ensuite son regard sur l’homme devant lui, il était affreusement silencieux. Ysin se releva et faisait face à l’individu

- Je ne sais pas qui vous êtes, mais… Merci d’avoir empêché mon neveu d’aller plus loin.

Il se courba légèrement en tendant une des brioches pour le remercier comme il se doit, Ysin était peut-être à moitié irresponsable mais il n’avait pas oublié la politesse. Attendant qu’il accepte on humble présent, il ajouta

- Vous visitez la ville ? Si vous avez besoin je peux être votre humble guide.

Peut-être que l’homme pensait qu’il était irresponsable et cela semblait légitime mais c’était la moindre des choses que de proposer son aide même s’il n’avait pas l’air d’en avoir besoin.

 
Codage par Libella sur Graphiorum
Souverain du Vide
avatar
Messages : 360
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 4 Mar - 16:51
La Fête de Rubis

Ren n’eut pas le temps d’attendre une réponse de la part de l’enfant que des bruits de pas précipités retentirent dans une ruelle adjacente, se rapprochant rapidement d’eux. Tournant légèrement la tête, tous sens en alerte, il vit un homme se rapprocher d’eux. Grand, musclé, portant une armure légère et l’emblème de l’armée d’Agni, la déduction la plus logique faisait de lui un soldat. Une étrange trace rouge sur l’arrête de son nez. Voilà un homme qui ne passait pas inaperçu.

L’enfant se précipita vers le nouveau venu qui lui ouvrit les bras, mais pas assez rapidement pour que Ren n’ait pu manquer la main posée sur l’arme à son côté, prêt à s’en servir s’il se révélait malintentionné. Ainsi c’était lui l’irresponsable qui perdait des enfants. Son neveu semblait-il, aux dires que l’individu adressa à Ren pour le remercier. Ce dernier haussa les épaules, esquissant un petit sourire. Il s’apprêtait à répondre lorsque le soldat lui tendit une brioche. Surpris de ce présent, Ren l’accepta néanmoins, sachant que les offrandes et les cadeaux étaient importants dans la Contrée d’Agni et que la refuser serait une insulte.

« Et bien… je n’ai rien fais à vrai dire, votre neveu s’est arrêté de lui-même. Je venais tout juste de le rencontrer quand vous êtes arrivé. Mais je vous remercie… Ysin. »

Il avait entendu l’enfant l’appeler par son prénom. Il aurait pu retourner la politesse et se présenter à son tour, mais il savait qu’il serait de toute manière obligé de lui donner une fausse identité. Alors à quoi bon le faire de son plein gré. Tant qu’on ne lui demanderait pas son nom, il choisissait de rester l’étrange inconnu qui marchait seul dans la capitale. Enfin seul… Plus pour longtemps. Car le soldat Ysin lui proposa alors de le guider à travers la ville. Ren allait de surprise en surprise. Etait-ce là une façon de le remercier ? La brioche ne suffisait-elle pas ?

« En réalité je cherche à fuir les festivités plutôt qu’à visiter la ville. Je la connais bien, j’y ai vécu quelques temps. Mais vous, soldat d’Agni, vous en savez bien plus que moi sur toutes ces petites ruelles, j’en suis sûr. Si vous êtes faiseur de miracles et que vous pouvez me permettre d’échapper à la foule… alors je vous suis bien volontiers. »
lumos maxima
avatar

Invité

Invité
le Lun 5 Mar - 7:22
 
La fête de Rubis

En entendant la demande de l’homme devant lui il songea à un endroit qu’il adorait se rendre dans la cité lorsqu’il voulait être seul. C’était un endroit calme et reposant qui n’était pas connu de tous et comme la fête battait presque son plein, il ne devrait avoir personne. De plus si l’homme avait déjà vécu ici un moment il ne le connaissait pas et peut-être qu’il avait la connaissance de l’endroit auquel il pensait mais ce n’était qu’une fine possibilité. De plus c’est lui qui avait « modelé » cet endroit, le façonnant de jour en jour. Il ne savait pas pourquoi mais il avait comme une confiance insoupçonnée envers cet inconnu et voulait lui montrer l’un de ces jardins secrets.

- Je pense que je peux vous emmener quelque part qui pourrait vous convenir Sir.


Il se redressait, souriant à l’inconnu, maintenant il pouvait un peu plus l’observer, ses yeux étaient véritablement envoutants et même s'il était plus petit que lui, il avait une prestance qui ne pouvait pas expliquer. De plus le fait qu’il ait retenu son prénom et accepté son humble présent le rendait un peu heureux, il lui en fallait peu, enfin c’était assez pour qu’il ne se pose pas trop de questions. Il songea tout de même dans un premier temps à lui demandé, mais sa discrétion devait être à l’origine de quelque chose dont il ne voulait pas s’en mêler même si sa curiosité le titillait de plus en plus. Avant de partir il portait son neveu avec délicatesse pour le poser sur ses épaules, il ne voulait pas qu’il s’échappe encore une fois.

- Dada !
- Haha ! Accroche-toi bien Erhn !


Ysin avait ri légèrement, il aimait voir la joie sur le visage de l’enfant à bouclette, il était léger et même s’il s’accrochait à la chevelure du guerrier c’était agréable. Il reprenait tout de même son sérieux avant d'ajouter.

- Suivez-moi Sir.

Ysin commençait à avancer dans les ruelles, à gauche… À droite… Il connaissait tous les recoins et avait une étrange facilité à se déplacer. Ayant de grandes jambes il n’allait pas aussi vite qu’il pouvait, ne voulant pas semer l’homme aux cheveux longs, il prenait juste une allure un peu plus rapide que celle qu’il prend lorsqu’il est avec sa soeur. Quelques minutes plus tard, il arrivait en face d’un passage étroit mais assez large pour la carrure du guerrier. Il s’adressa à son compagnon du jour avec le sourire le plus angélique qu’il pouvait avoir

- L’endroit est juste après ce passage, ne vous inquiétez pas Sir, ce n’est pas un guet-apens.

Il s’avança en premier pour lui montrer la voie, son buste frottait légèrement le mur, après avoir passé ce passage étroit, de la verdure apparaissait au sol, en relevant la tête il y avait des arbres qui n’étaient pas assez grands pour dépasser les toits de la ville, une petite rivière parsemait le sol, l’eau venant de l’extérieur, et puis il y avait un banc en pierre avec un luth sur le côté. Lorsuq'il avait découvert cet endroit, il n'y avait que la verdure, Ysin avait juste ajouté un petit banc et planter un ou deux arbres. Il attendait les remarques de l’homme mystère, il y avait juste le bruit de l’eau et des oiseaux qui pouvait briser ce silence. Un oasis au milieu de toute l'agitation du jour.

 
Codage par Libella sur Graphiorum
Souverain du Vide
avatar
Messages : 360
Inscrit.e le : 27/12/2017

Ren

Souverain du Vide
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 11 Mar - 17:20
La Fête de Rubis

Ren allait de surprises en surprises avec le guerrier. Pas un seul instant il n’avait pensé que sa requête serait acceptée, sans la moindre question ou hésitation. Tous souhaitaient participer aux festivités, pas y échapper et le comportement de Ren en aurait alarmé plus d’un et aurait conduit à un interrogatoire en bonne et due forme. Mais pas Ysin. Le jeune homme se contenta de lui sourire et de lui demander de le suivre. « Sir ». Voilà comment il choisit de nommer l’inconnu sans nom et pour la première fois, Ren en fut heureux. Car il s’agissait là d’un « Sir » si différent de ceux qu’on lui servait à longueur de journée à la Cour. Aucune marque d’appréhension, d’hypocrisie ou de franche terreur. Seulement le titre donné à un homme que l’on souhaitait servir et aider, sans aucune arrière-pensée. Ren se doutait bien que, de par sa condition de soldat, Ysin devait employer ce terme assez souvent. Et le fait que pour une fois, le jeune Souverain ne soit qu’un homme l’enchantait au-delà de toute mesure.

Alors il le suivit. Il ne connaissait rien d’Ysin tout comme ce dernier ne connaissait rien de lui, même pas son nom. Et pourtant il lui servit de guide. Devant cette confiance qui en était presque naïve et absurde, Ren choisit d’adopter le même comportement et de ne poser aucune question, se contentant de suivre son guide qui venait de se transformer en monture sur deux jambes pour le jeune garçon perché sur ses épaules. Un instant d’oubli, un moment d’intimité partagé avec l’enfant, un sourire bienveillant et de la joie dans le regard du petit garçon, un moment où Ren n’était pas convié mais auquel il assista néanmoins. Un soupçon de tendresse, une pointe de regret, une douleur passagère. Une enfance gâchée, un petit garçon apeuré. Mais de la tendresse. Et de l’amour.

Laissant les démons du passé rejoindre les ombres dansantes sur les murs, Ren se mit en mouvement en entendant Ysin l’appeler et ils se mirent alors à parcourir les dédales de ruelles, le soldat se mouvant avec aisance et assurance, sachant parfaitement où il allait. Puis, une ruelle bien plus étroite, dans laquelle tous deux n’auraient pu tenir côte à côte. Un moment d’arrêt, un instant d’hésitation ? Un piège peut-être ? Mais le doute fut rapidement levé lorsqu’Ysin se retourna vers Ren, souriant et assurant qu’il n’y avait aucun piège qui l’attendait au bout. Curieusement, il n’en fallut guère plus pour que Ren ne le croie. Peut-être était-ce idiot de sa part mais il avait envie de croire en l’honnêteté de cet homme. En voyant sa simplicité, son enthousiasme et sa prévenance, Ren voulait croire que tout cela était sincère et qu’aucun vice ne se cachait derrière ce visage avenant.

Alors il s’engagea derrière Ysin, ayant suffisamment d’espace tandis que les larges épaules du guerrier frôlaient les murs. C’est alors que Ren remarqua qu’au sol, la poussière laissait place à la verdure et que bientôt, ils avançaient sur un tapis d’herbe à la couleur luxuriante. Et lorsqu’il releva le regard, il ne put retenir une expression de franche surprise venir s’afficher sur les traits de son visage. Devant lui s’étendait une petite oasis, un trésor au milieu de la Cité. Des arbres guère hauts mais au feuillage suffisamment fourni pour produire des parcelles d’ombre, un tapis d’herbe à l’odeur parfumée, un petit ruisseau qui murmurait parmi les brins et un banc, contre lequel reposait un instrument.

En l’espace de quelques instants, Ren oublia qu’il se trouvait au milieu de la Cité de Rubis, à quelques heures seulement de la plus importante célébration de tout Seele. Il n’y avait que le bruissement de la brise contre l’herbe, le murmure de l’eau et le chant des oiseaux. Rien d’autre. Et Ren comprit alors qu’Ysin l’avait amené dans son propre jardin secret. Un endroit qui n’appartenait qu’à lui et qu’il avait choisi de partager avec un parfait inconnu.

« Pourquoi m’avoir emmené ici… ? Cet endroit… Il vous appartient… »


Sa voix n’était qu’un murmure tandis qu’il s’avançait dans le petit jardin, regardant autour de lui, goûtant à la paix qui régnait en cet endroit. Jamais il n’aurait pensé trouver un havre de paix au milieu de l’agitation qu’était devenue sa vie. Oh, il aimait les jardins de la Cité d’Ebène, il aimait voir sa sœur cueillir ses plantes et ses fleurs ou simplement lire à l’ombre d’un chêne. Mais ils n’étaient jamais réellement seuls. Ren n’avait plus le luxe de pouvoir se déplacer seul lorsqu’il était sur ses propres terres. Ce manque de liberté l’avait poussé à être imprudent et à s’échapper dans la Cité de Rubis. Mais jamais il n’aurait pensé arriver dans un tel endroit.

« Je vous ai soumis la demande la plus étrange pour un jour tel que celui-ci. Vous avez accepté sans rien demander, sans aucune once d’hésitation et vous m’avez amené ici… Je ne pense pas me tromper en déduisant qu’il s’agit là d’un endroit qui vous appartient ? Vous devez venir ici lorsque vous recherchez la paix et la sérénité car c’est tout ce que je ressens dans cet endroit. Mais… pourquoi ? Vous ne me connaissez même pas… »

Et nul doute que s’il apprenait son identité, il sortirait cette arme qu’il avait caressée de la paume de la main la première fois qu’il avait posé le regard sur lui. Et cette fois-ci, Ren doutait de trouver la moindre once de bienveillance chez le soldat.
lumos maxima

Contenu sponsorisé

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum